vendredi 18 juillet 2014

Barack et Bouk



Comme pour les armes de destruction massive irakiennes et les attaques chimiques syriennes, les Stazunis ont acquis la certitude absolue de ce qui s’est passé hier en Ukraine, alors qu’un avion de ligne a été abattu.

Mon pote, le flamboyant et toujours élégant Barack Hussein Obama, est monté au créneau pour affirmer qu’il ne faisait aucun doute que ceux qui ont tiré le missile étaient les séparatistes pro-russes. Cependant, il a tout de suite nuancé son propos en disant du même souffle qu’on ne pouvait présumer des intentions qui avaient menées à ce tir. 

C’est comme s’il cherchait à excuser d’avance les responsables de la tragédie, au cas où il serait prouvé que, finalement, ce ne sont pas ses adversaires qui auraient commis l’irréparable.

Ce qu’on sait, par contre, c’est que, de l’aveu même du procureur général ukrainien Vitaly Yarema, en date d’aujourd'hui dans le Courrier de Kiev (KyivPost), les séparatistes ne possédaient pas de missiles Bouk ou S-300, seuls capables d’abattre un avion volant à plus de 10 000 mètres.

De plus, le site Global Research a publié aujourd’hui un article assez troublant concernant cette catastrophe dans lequel un témoin oculaire affirme que c’est le ministère de l’Intérieur ukrainien, et non les séparatistes, qui aurait tiré sur l’appareil.

Il va sans dire que ce témoignage ne doit être considéré qu’avec la plus extrême prudence. 

Au moins autant que les accusations de mon pote Barack.




1 commentaire:

Jacques Martin a dit…

En 2039, un jeune journaliste français- actuellement encore au lycée- , et émigré aux État-Unis depuis peu, publiera un texte où il nous expliquera minute par minute, ce qui s'est réellement passé concernant le vol de la Malaysian Airline au-dessus de l'Ukraine, ce mois de juillet 2014. En attendant, tout ce qu'on entendra et lira sera spéculations et mensonges.