samedi 28 novembre 2020

(F)rance

 



Il n’y a pas qu’aux Stazunis que la police s’en donne à cœur joie sur les manifestants, les suspects et autres irréguliers, et ce, sur la place publique. En fait, il n’est pas un pays où ce genre de débordement des forces de l’ordre ne provoque des réactions indignées de la part d’une population excédée par l’impunité dont bénéficient les flics.


En France, l’État a décidé de réagir. Non pas en encadrant de manière plus serrée le travail de sa police, non. Le gouvernement a décidé de voter une loi dite de «sécurité globale» stipulant, entre autres, qu’il était désormais interdit, sous peine d’amende, voire d’emprisonnement, de filmer les flics dans l’exercice de leurs fonctions. La raison? Protéger ces pauvres petits choux contre des mesures vexatoires de la part de citoyens qui voudraient les confronter dans la confiance douillette de leur vie privée. Comme si les flics respectaient, eux, la vie privée des gens.


Bref, la France, pays d’origine des droits de la personne, prend de plus en plus un goût… Comment dire ?







jeudi 26 novembre 2020

Tant que ce n'est pas le punching ball

 

M. Ratapo, cadre supérieur



Zigues heil!

Cela se passe de commentaire.



Le 18 novembre dernier, la Troisième commission des Nations unies (TCNU) a présenté une résolution intitulée Lutte contre la glorification du nazisme, du néonazisme et d’autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée. Peut-être, un jour, présentera-t-elle une résolution encourageant la concision…


Mais là n’est pas la question. La résolution a été approuvée par la TCNU avec 122 voix pour, dont la Russie et la Chine, 2 contre (Stazunis et Ukraine) et 53 abstentions. Que l’empire vote contre, ainsi que son pantin noyauté justement par des néonazis, il n’y a rien là d’étonnant. Comme c’est le genre de résolution risquant de leur donner mauvaise presse, on comprend qu’ils cherchent à se couvrir eux-mêmes.


Mais qui a bien pu s’abstenir de cette manière sur une résolution devant normalement faire consensus? Ce sont tous les pays composant l’OTAN et tous les pays membres de l’Union européenne, plus le Japon et l’Australie. Bref, le club des nantis et quelques-uns de leurs larbins.


Quand on voit qui sont les zigues qui hésitent à combattre le fascisme, on ne peut que penser que ce ne sont pas toujours les meilleurs qui gagnent les guerres, fussent-elles froides.


mercredi 25 novembre 2020

Doigt de la personne

 



Cette grande démocratie occidentale qu’est l’Allemagne vient de donner tout son sens à l’expression «droits de la personne». En effet, la chambre basse (Bundestag) et la chambre haute (Bundesrat) ont voté une loi dite «sur la protection contre les infections» (Infektionsschutzgesetz). Cette nouvelle législation permet désormais à la police d’entrer chez les gens sans avoir à recourir à une décision de justice et remet en question la protection de l’intégrité corporelle.


Le prétexte tout trouvé est l’épidémie qui sévit autant en Europe que partout ailleurs. Visiblement, l’occasion est trop belle pour les détenteurs du pouvoir d’asseoir un peu plus leur autorité. D’autant que leur discours sur la mondialisation et l’ultralibéralisme perd de sa crédibilité au sein de la population. Alors, ils prennent les moyens afin, le cas échéant, de contrôler les mauvais esprits qui auraient l’idée saugrenue de défendre leurs droits fondamentaux.


En fait de droit, c’est plutôt de doigt dont il est question; et je ne dirai pas lequel.


mardi 24 novembre 2020

Fêtes à l'os

 

C'est par ici –>


Si vous n'êtes pas un habitué, suivez la flèche ci-dessus.


Il n'y a pas de quoi.



Le groupe

 



Le printemps dernier, si vous vous souvenez, le Québec était la région la plus durement touchée par l’épidémie. Évidemment, la profonde incompétence de la ministre de la Santé d’alors, Mme Danielle McCann, y était largement pour quelque chose. Ne serait-ce qu’en envoyant des personnes infectées dans des CHSLD, elle avait fait preuve d’une insondable négligence.


Par comparaison, le CAnada demeurait relativement épargné, s’il fallait en croire les statistiques officielles de l’époque. Mais les choses ont bien changé, depuis. En effet, toutes proportions gardées, les provinces de l’Ouest sont maintenant des foyers de contagion échappant à tout contrôle. Encore pis, l’Ontario et surtout la Colombie-Britannique présentent des taux de contagion approchant celui du Québec. Ai-je besoin de préciser que, lorsqu’une province cAnadienne commence à ressembler au Québec, on tire vigoureusement la sonnette d’alarme.


Le printemps dernier, on se demandait pourquoi le Québec était le plus durement touché, en faisant des pointes autour de l’incurie gouvernementale. Aujourd’hui, personne ne demande pourquoi c’est mieux au Québec.


Aurait-on commencé à y développer une immunité de groupe, par hasard? Et de groupe francophone, par-dessus le marché.


Ça va vraiment mal, au CAnada.


lundi 23 novembre 2020

Drame de REM

 


Zoomers*


Ce que j’aime particulièrement de la nouvelle génération dite «silencieuse» – également appelée «Génération Z» – vient de ce qu'elle me rappelle trait pour trait la génération de mes parents. En effet, comme eux, les «Z» savent ce que les autres devraient faire et eux-mêmes ont – bien entendu – toujours raison.


Ils ont la chance insigne de jouir d'une certitude absolue et passent beaucoup de temps à émettre une suite infinie de reproches envers tout un chacun. Et, pour les rendre encore plus attachants, ils disposent des réseaux sociaux pour faire part de leur insatisfaction de manière ponctuelle et œcuménique.


Merci à eux de me donner un tel coup de jeune.



* Il faut surtout éviter de désigner la Génération Z «Zoomers», ce qui comporte à ses yeux un sens péjoratif. Cela est probablement dû au fait que le mot rime avec «Boomers», la génération née dans l’immédiat après-guerre, qui est viscéralement détestée par les générations X, Y et Z, très probablement parce que, à une époque, lesdits Boomers avaient l’esprit plus ouvert.


dimanche 22 novembre 2020

Masques en rade

 



samedi 21 novembre 2020

Quand qu'il se taira? Marre!*

 



* Oh, là, là, quel esprit! Parce que ça fait un calembour avec «terramare» et que tous les engrais se ressemblent.


vendredi 20 novembre 2020

On va s'amuser une tache!

 


jeudi 19 novembre 2020

Et ma nulle, là

 



Mme Emmanuella Lambropoulos, à bout d’excuses, a décidé de céder son siège au Comité permanent des langues officielles. En effet, après sa mauvaise intervention de l’autre jour, elle a compris qu’il valait mieux retourner sur son arrière-banc afin de s’y faire oublier et ainsi renouer avec son état premier.


Brave petite, va.


Et en plus, elle a annoncé cette décision dans une autre langue officielle que l’anglais. C’est intéressant, ça: c’est quand elle commence à parler français qu’elle cesse de dire des conneries.


Avis aux CAnadiens…



Occis dedans

 



Dernièrement, le gouvernement stazunien – ou à tout le moins ce qui en reste – a annoncé que 2000 soldats yankees allaient être retirés d’Afghanistan d’ici le 15 janvier. Ce n’est pas la première fois qu’une telle annonce est faite depuis l’invasion de 2001 et aucune n’a été suivie d’effets notables.


Cependant, cette fois serait la bonne, paraît-il. En tout cas, de hauts responsables afghans ont salué l’annonce et ont mentionné qu'un retrait allait constituer un pas en direction d’une paix durable dans le pays. Évidemment, le fait que ces éloges proviennent d’un porte-parole des talibans prend sans doute le haut commandement yankee à rebrousse-poil. Mais, depuis le temps que les généraux occidentaux pataugent dans ce bourbier, un petit fion de plus ou de moins ne fera plus guère de différence.


Maintenant, si les Australiens pouvaient foutre le camp de ce pays également, les Afghans dormiraient sans doute plus tranquilles.





mercredi 18 novembre 2020

Chère surenchère 2.0

 



On se souviendra que l’alliance pharmacologique entre la stazunienne Pfizer et l’allemande BioNTech avait annoncé il y a peu le développement d’un vaccin «efficace à 90%». Seul bémol, ledit vaccin devait être conservé à une température de -70°C, ce qui compliquait un peu la logistique; mais, en temps de pandémie, qui a le temps d’accorder de l’importance à ce genre de détail?


Lundi dernier, la société Moderna, yankee elle aussi, annonçait non sans fierté qu’elle avait produit un autre vaccin, efficace à 94,5% celui-là, lequel pouvait se conserver entre 2°C et 8°C, soit la température à l’intérieur de votre réfrigérateur, ce qui simplifiait grandement sa distribution.


Coup de théâtre, ce matin, alors que Pfizer indique, une fois les résultats complets de son essai clinique analysés, que l’efficacité de son vaccin est de 95%, ce qui présente un avantage notable à peine mitigé par les problèmes relatifs au transport du médicament. 


Je suppose que Moderna est à la veille de révéler sous peu que, en réalité, son vaccin est efficace à 96,5%…


Évidemment, nous allons tous les croire sur parole, jusques et y compris quand ils affirment que leur médication est totalement inoffensive. 


C’est avec raison que l’industrie pharmacologique bénéficie d’une grande crédibilité auprès du public.


lundi 16 novembre 2020

Chère surenchère

Décidément, quel que soit le domaine, on n’échappe jamais à la surenchère, qu’il s’agisse d’économie, de politique ou des arts. Cette fois, c’est le domaine de la santé qui est en cause.

On se souviendra que, en septembre, la compagnie chinoise Sinovac avait été la première à annoncer le développement d’un vaccin contre la Covid-19 efficace à 90 %. Elle a été suivie de près, un mois plus tard, par l’annonce russe du vaccin Spoutnik V.

Pour ne pas être en reste, la société yankee Pfizer, il y a quelques jours, a annoncé que, elle aussi, avait développé un vaccin efficace à 90 %. Aujourd’hui, c’est la société Moderna, tout autant yankee, qui annonce avoir créé un vaccin, efficace celui-là à 94,5%.

Comme si ce n’était pas assez, il existe même une entreprise du Québec qui a confirmé qu’elle testait en phase 3 son propre vaccin, lequel, jusqu’à maintenant, est efficace à 100%.

Quelle sera la prochaine étape? Un autre vaccin contre la Covid-19 qui prévient en plus contre l’halitose et le goitre?


dimanche 15 novembre 2020

Québec solitaire (et pour longtemps)




Vieux motard

 



Une sous-fifre d’arrière-banc du Parti libéral du CAnada (PLiC), Mme Emmanuella Lambropoulos, s’est mis les pieds dans le plat, dernièrement.


Lors de sa prise de parole dans sa langue maternelle – l’anglais, évidemment – au Comité permanent des langues officielles, elle a exprimé des doutes relativement au déclin de la langue française au Québec. Outre la mauvaise foi ou l’ignorance crasse, on est en droit de se demander sur quoi se basaient les doutes de Mme Lambropoulos. Peut-être regrettait-elle tout simplement la lenteur du processus.


Compte tenu du fait que ses opinions sur la question entraient en conflit avec la teneur du discours du trône de son patron, le fils de Pierre Elliott Trudeau, la députée de Saint-Laurent a exprimé des regrets relativement à sa sortie, depuis. 


Vaut mieux tard…


D’où la contrepèterie* du titre.






* Une contrepèterie est une inversion des lettres ou des syllabes de manière à produire un sens différent, de préférence burlesque ou grivois, s’il faut en croire le dictionnaire Robert. Il est à noter qu’un homonyme, un paronyme, un jeu de mots ou un calembour ne sont pas des contrepèteries; encore moins des injures du genre «ta gueule, pauvre conne», ces dernières n’étant jamais de mise dans une publication honorable comme la nôtre.