samedi 21 janvier 2017

Serrement

Ce qui, librement traduit, signifie «fuck the world»!

Le bronze au français

Le reste de l'article ici

vendredi 20 janvier 2017

mercredi 18 janvier 2017

La vapeur et la rouille



Des sondages récents ont révélé que Donald Trompe est le président élu le plus impopulaire que les Stazunis ont connu au cours des 10 derniers mandats. Plus impopulaire même que George W. Bush, lequel avait aussi été élu avec moins de la moitié du vote.

En fait, M. Trompe récolte moins d'appuis au sein de la population qu'il n'a récolté de votes au moment du scrutin. Il est vrai que bien des gens qui n'aimaient pas davantage Hillary Clinton se sont abstenus de se déplacer le jour du scrutin, mais tout de même…

Il est donc tout à fait plausible que bien des électeurs n'aient consenti à voter pour lui que dans l'espoir qu'il tiendrait sa promesse de créer des emplois. N'oublions pas que ses principales victoires, le soir des élections, se situaient dans ce qui est poétiquement appelé, aux Stazunis, la «bande rouillée» (rust belt), c'est-à-dire ces États ayant le plus souffert des délocalisations industrielles amenées par la mondialisation, laquelle a laissé dans son sillage des usines désaffectées en pleine décrépitude, d'où cette histoire de rouille.

En d'autres termes, le mandat de M. Trompe va tenir, ou chuter, uniquement sur la tête d'épingle que constitue la création d'emplois. Or qui sont ceux appelés à former son cabinet? Des chefs d'entreprise ou d'institutions financières qui se sont gobergés de manière indécente grâce à la mondialisation, justement.

Vous croyez, vous, qu'ils vont inverser la vapeur?

Moi, je pense au contraire que, avec toute cette brume, la rouille n'est pas près de disparaître.

PLiQ et PLiC et télégramme



Au Parti libéral du Québec (PLiQ), le ministre de la Santé du gouvernement de Philippe Couillard (le nom est marrant), M. Gaétan Barrette, nous a donné la pleine mesure de son talent dans le domaine des arts de la scène.

Comme tout bon fédéraliste acharné, agrippé désespérément à son CAnada d'une merde à l'autre, qui se respecte, il s'est mis à critiquer le gouvernement de Tawa à propos de je ne sais plus quelle question qui empoisonne les relations à l'intérieur de la construction commerciale qu'est son pays adoré à dorures.

En fait, devant essentiellement une mise en demeure de la ministre de la Santé du pays en question, lequel en a grandement besoin, le bon docteur Barrette a jugé qu'il s'agissait d'un ultimatum assorti de menaces; comme si un ultimatum n'en comptait pas automatiquement.

Sinon, ça ne serait pas un ultimatum, mon Gaétan!

Avec un talent qu'on ne lui soupçonnait pas, M. le ministre s'est dit outré de l'attitude de Tawa dans ce dossier, comme s'il était surpris de la chose, alors que, depuis au moins 6 décennies, c'est toujours la même romance qui est jouée, qu'il s'agisse de santé, d'économie, de droit ou de constitution. Le bon docteur Barrette semble tellement «pompé» qu'on peut craindre, d'une seconde à l'autre, qu'il déchire sa chemise sur la place publique.

Fais pas ça, mon Gaétan; ça va faire de la charpie partout!

Bref, il nous a sorti la totale, comme un soir de première. Sauf que c'est une première qu'on a déjà vue des centaines de fois. Afin de puissamment épauler son ministre de la Santé, M. Philippe Couillard (le nom est toujours marrant) qui se trouve présentement à Davos pour le forum mondial sur l'économie – la grande spécialité des libéraux, paraît-il, avec laquelle ils sont si nuls – a lancé une invitation à la population. Il lui suggère d'écrire à ses députés fédéraux, entre autres du Parti libéral du CAnada (PLiC), pour signifier son mécontentement.

Un télégramme, peut-être, mon Gaétan?

Il n'y a pas à dire, les intérêts des Québécois sont vachement bien défendus par les libéraux, PLiQs et PLiCs…

mardi 17 janvier 2017

lundi 16 janvier 2017

Oxfamarxiste



Oxfam, une ONG du Royaume-Uni, a publié un rapport récemment en prévision du Forum économique mondial (WEF) devant se tenir à Davos à partir de demain. Le rapport en question signale que huit personnes – des individus et non des entreprises – détiennent en propre autant, sinon plus, de richesse que la moitié la plus pauvre de la population mondiale (un peu plus de 3,5 milliards d'humains). C'est nettement moins que le fameux «1%» qui a été évoqué dernièrement.

Évidemment, dans la foulée de son rapport, l'organisme dénonce non seulement la concentration de la richesse entre si peu de mains, mais également les tendances actuelles vers l'appauvrissement partout dans le monde, entre autres la pression exercée sur les salaires. Il est également noté dans le rapport que l'écart de richesse entre les nantis et les défavorisés s'accroît vertigineusement également en Occident. Une tendance lourde accentuée dangereusement par l'austérité qui est pratiquée par les gouvernements afin de réduire le fardeau fiscal des privilégiés et d'abaisser l'endettement des États. En d'autres termes, de réaliser la quadrature du cercle sur le dos des plus pauvres.

Bref, Oxfam Royaume-Uni apporte la preuve que Karl Marx, dans Le Capital, avait raison quand il annonçait l'accumulation de l'argent et sa concentration. Évidemment, l'ONG dénonce la situation dans l'espoir sans doute que les plus riches deviennent raisonnables du jour au lendemain et qu'ils remédient à cette situation indéfendable. Il faut dire qu'Oxfam a été fondée entre autres par des Quakers, une secte religieuse, et que, en conséquence, l'organisme doit encore croire aux miracles.

samedi 14 janvier 2017

vendredi 13 janvier 2017

jeudi 12 janvier 2017

Pauv' Ti-Pou



Rendons hommage à M. Donald Trompe et à l'absence totale de son sens de l'ironie. Après avoir insulté les latino-américains, les immigrants, les minorités, les handicapés, les vétérans, les journalistes, la gauche – même caviar –, les femmes et, dernièrement, les services de renseignement, entre autres, v'là-t-y pas qu'il se plaint du traitement qu'on lui réserve et des mensonges qu'on diffuse à ses dépens.

Pour quelqu'un qui habite dans un gratte-ciel de 58 étages, il devrait pourtant être habitué aux retours d'ascenseur...

Quoi qu'il en soit, dans cette ambiance délétère de la passation des pouvoirs entre un président sortant de droite, inféodé à Wall Street, et un narcissique déjanté élu de droite, inféodé à Wall Street, où toutes les rumeurs et fausses révélations – entre autres quant au piratage russe des élections – font la une à répétition, un rebondissement s'est produit dernièrement. En effet, une autre nouvelle, probablement aussi fausse que les autres, est tombée sur la place publique. Selon elle, les services de renseignement russes – décidément, il n'y en a que pour eux! – auraient amassé des informations compromettantes sur la personne du futur président des Stazunis.

Vive réaction du principal intéressé sur Twitter, seule émanation provenant de sa tour d'ivoire de la 5e avenue à New York. M. Trompe s'est récrié vertement contre toute accusation à l'effet qu'il aurait subi des pressions – pour ne pas dire du chantage – de la part de Moscou. Son indignation fut à la mesure de ses outrances habituelles interpellant l'internaute en demandant: «Vivons-nous en Allemagne nazie?»

De une, mon Donald, le nazisme n'est pas exclusivement allemand. Il peut très bien émerger dans un autre pays; aux Stazunis, par exemple.

De deux, pas avant le 20 janvier.

mercredi 11 janvier 2017

Mirmi Dion



L'Ukraine, ça vous dit quelque chose? Oui, c'est un pays d'Europe orientale, mais c'est aussi – et surtout – une guerre qui a fêté un anniversaire important, le 8 décembre dernier. En effet, à cette date, il y avait 1000 jours que la guerre y faisait rage.

Afin de souligner l'événement, les militaires ukrainiens – ceux du gouvernement fasciste en place à Kiev – ont monté un raid dans le village de Kourakhovo en République populaire du Donetsk (RPD), la partie indépendantiste de l'Ukraine, Ils y ont raflé des civils qu'ils ont emmenés de force et menottés.

Évidemment, ce crime de guerre a été vigoureusement dénoncé par la RPD et, tout aussi évidemment, il a été énergiquement ignoré par les médias occidentaux, toujours aussi impartiaux en ce qui concerne les guerres qui arrangent leurs commanditaires. De même, ce recours de plus en plus fréquent à des actes allant à l'encontre du droit international serait symptomatique d'une dégradation de la discipline au sein de l'armée de Kiev, laquelle serait en plein délitage.

On en vient à se demander s'il y aura une solution diplomatique à ce conflit. On peut tout autant se demander si les puissances occidentales désirent qu'une solution diplomatique soit trouvée à ce conflit. Après tout, il ne peut s'agir que d'une épine dans le flanc de leur éternelle rivale, la Russie.

Si on ne désire pas une fin rapide et pacifique à cette guerre, il y a une solution toute trouvée: y envoyer des diplomates incapables et un tantinet ineffable.

Justement, le Parti libéral du CAnada (PLiC) en a mis un en disponibilité. Et pas des moindres!


mardi 10 janvier 2017

Coq louche


lundi 9 janvier 2017

Inquiétudes russes

L'insistance yankee à l'effet que les Russes – pour ne pas dire Vladimir Poutine personnellement – ont indûment influencé le cours des dernières élections présidentielles aux Stazunis a semé l'inquiétude au sein des cercles du pouvoir à Moscou.

Tandis que des illuminés claironnent que cette ingérence a été une agression, d'autres parlent de plus en plus ouvertement d'une renaissance de la guerre froide. En effet, les cercles influents en connaissent un bout sur les interventions illégales dans les affaires internes des pays étrangers. Les Yankees ne sont-ils pas ingérés plus de 50 fois dans la politique d'autres pays, au mépris du plus élémentaire droit international?

Quoi qu'il en soit, ce discours agressif qui monte aux Stazunis a engendré nombre de réactions à Moscou. Vladimir Poutine a même fait le commentaire suivant.






dimanche 8 janvier 2017

Bye-bye Barack


Drelin



L'île Bell – «cloche», en français – est située dans les Bahamas. Une autre de ses particularités est qu'elle est une propriété privée appartenant exclusivement à l'Aga Khan. Quand? Mais depuis longtemps, semblerait-il. Et qui est l'Aga (manque-t-il un «r»?) Khan? Mais voyons, c'est le chef spirituel des musulmans ismaéliens nizârites. Eh oui, ces musulmans-là. Essentiellement, c'est comme les chrétiens: il en faut bien des sortes pour embêter tout le monde.

En plus d'être un potentat local et un chef religieux, l'Aga Khan est aussi un ami de longue date de la famille du fils de Pierre Elliot Trudeau. Alors comme Noël est une fête familiale, que diable, M. Khan a invité toute la smala Trudeau pour le temps des fêtes sur son île.

En passant, avez-vous remarqué, que ces gens-là qui débordent de pognon s'arrangent toujours pour s'installer le plus loin possible de ceux qui les ont enrichis? Car soyons bien honnête, vous en rencontrez beaucoup, vous, des musulmans ismaéliens nizârites quand votre yacht accoste à Nassau? Moi non plus.

Bref, il ne faut pas se formaliser de l'absence du premier ministre lors des fêtes de fin d'année, car, à strictement parler, il n'était pas vraiment à l'extérieur du CAnada. En effet, puisque l'île appartient à M. Aga et que, dans ce cas, Khan a reçu la citoyenneté cAnadienne de nul autre que M. Stephen Harper, l'ancien premier ministre du CAnada, le fils de Pierre Elliot Trudeau était en fait un peu dans son pays, le temps qu'il a passé là-bas.

Décidément, Harper, Trudeau, Aga Khan, l'île Bell; rien ne cloche.

samedi 7 janvier 2017

Monica le mitraille


* Sens de cette saillie sagace se situe ici.

Les bonnes pensées du prof Skannen