mercredi 12 août 2020

Regard Legault




mardi 11 août 2020

Les risques du métier




Ce qu’on ignore parfois, c’est que la Maison-Blanche, à Washington, capitale des Stazunis, n’est rien de moins qu’une forteresse. D’abord, un cordon d’agents secrets protège un périmètre élargi autour du terrain. Ensuite, le complexe est ceint d’une haute clôture difficile à franchir. En plus, ce terrain, à l’intérieur, est placé sous une constante surveillance, à la fois humaine et électronique. En plus, l’édifice dispose de tous les systèmes de sécurité imaginables afin d’interdire l’accès à d’éventuels intrus, quoiqu’il reste hautement douteux que l’un d’entre eux puisse se rendre si loin. Enfin, le président est littéralement entouré d’une garde personnelle armée jusqu’aux dents.

Or hier, tandis que M. Donald Trompe était en train de débiter sa conférence de presse quotidienne, un échange de coups de feu, à 200 mètres de là, a fait en sorte que les gardes du corps ont interrompu momentanément ladite conférence afin de mettre le président «en sûreté». L’a-t-on fait descendre dans ce fameux bunker dont la fréquentation l’a fait passer pour un lâche? Au demeurant, en quel endroit de la Maison-Blanche le président n’est-il pas totalement «en sûreté», y compris dans la salle de presse?

En effet, il est protégé contre des tireurs, des manifestants et des armes thermonucléaires. Mais, avec un tel incompétent à la tête de l’État, l’est-il contre un virus?


lundi 10 août 2020

Où est Jean-Charlie?




Il existe encore des pays suffisamment démocratiques pour accuser leur monarque – ou des membres de sa famille – de corruption – quand il ne s’agit pas de scandales à caractère sexuel – et pour entamer à son endroit des procédures judiciaires.

C’est le cas de l’Espagne où l’ex-roi – Jean Charles a abdiqué en 2014 en faveur de son fils Philippe VI – a dû se sauver comme un voleur – ce qu’il était –, et en jet privé, afin d’échapper à la justice. Pour l’instant, il se fait discret, de sorte qu’on ignore ses allées et venues. Il serait quelque part aux Émirats arabes unis où, entre prévaricateurs et concussionnaires, il a entretenu d’excellentes relations.

Alors, où est Jean Charles? Pas là où il devrait, en tout cas…

samedi 8 août 2020

La science épidémiologique est rendue loin




On voit tout de suite que nos dirigeants ont longuement médité sur les effets de l’épidémie de coronavirus et qu’ils en ont sagement tiré les leçons qui s’imposaient. Ainsi, ils ont pensé que, à l’approche d’un virus, il était important de prendre des mesures adéquates afin de protéger la population. 

Évidemment, l’hiver dernier, comment auraient-ils pu savoir une chose pareille?

Moi, en tout cas, je n’y aurais jamais pensé.

À moins d’y avoir réfléchi un peu, bien sûr…

vendredi 7 août 2020

Bilan au Liban



Dans le sillage de la terrible explosion qui a ruiné une bonne partie de la capitale, les Libanais sont descendus dans la rue pour protester contre l’incompétence et la corruption des autorités. Notons au passage que ladite explosion a été un catalyseur. En effet, une grande manifestation était déjà prévue avant la catastrophe. Évidemment, les protestataires ont été accueillis avec la méthode policière habituelle: matraquages, gazages, arrestations, etc.

Chez nous, l’incompétence et la corruption des autorités ne mènent pas – pas encore, tout au moins – à des explosions meurtrières. Mais s’il fallait que ces caractéristiques de nos gouvernements déclenchent des manifestations violentes, il n’y aurait pas besoin des dites explosions de produits fertilisants pour réduire nos villes à l’état de ruines fumantes.

Quoique… Avec toute la merde que foutent Trudeau, Legault et compagnie…

jeudi 6 août 2020

Me take action




La direction du Musée cAnadien pour les droits de la personne a présenté des excuses à la suite de la publication d’un rapport indépendant ayant révélé que des employés avaient été victimes de racisme systémique, entre autres manquements.

Un porte-parole de la vénérable institution a commenté la situation. «Nous sommes désolés, a-t-il dit, que certaines de nos procédures aient pu entraîner des comportements n’entrant pas en conformité avec le mandat du Musée. La situation sera corrigée d’autant plus facilement que les attitudes discutables sont demeurées relativement bénignes du fait que, fort heureusement, aucun de ces métèques ne parlait français.»

mercredi 5 août 2020

Trudeaumanie




mardi 4 août 2020

Classes pas de classe




En ce moment, au Québec, c’est l’urgence. En effet, la proverbiale compétence des ministres de la Santé et de l’Éducation se démène afin d’improviser un protocole de retour en classe pour les enfants.

Il va sans dire que le temps presse, car la rentrée doit avoir lieu d’ici la fin août et, comme d’habitude, rien n’a été préparé, de sorte que le tout risque de se produire, comme d’habitude, à la va-comme-je-te-pousse. Ça ne vous rappelle pas le degré de préparation pour faire face à une certaine épidémie?

Bref, les parents sont inquiets à juste titre, tandis que des voix réclament un report de la date de retour en classe. Le gouvernement ne semble pas disposé à y souscrire, invoquant les impacts qu’un tel report pourraient avoir sur le développement des enfants.

Si cela était vrai, les conséquences seraient-elles significatives à ce point?  En effet, il semble de plus en plus évident, depuis nombre d’années, que les élèves n’apprennent pas grand-chose, même au courant d’une année scolaire normale.

On se demande parfois pourquoi il y a de tels manquements dans le domaine de l’éducation. Il est vrai qu’un peuple ignorant est toujours plus soumis.

À preuve, cela n’est plus enseigné à l’école.


Montréal vue du sol


Quatrième temps de l'art de rue en trois temps.


lundi 3 août 2020

Une solide droite




Avez-vous passé un bon samedi? À moins que vous reveniez de Berlin – en Allemagne –, vous avez raté le coche.

Il y avait une manifestation à Berlin appelée par les «antivaccins», les conspirationnistes, les «anticonfinements» et, bien sûr, les sympathisants de l’extrême droite. Alors, ça ne s’est pas fait dans la dentelle. Les manifestants ont blessé 45 policiers, dont 3 qu’ils ont envoyés à l’hôpital. Dans le même temps, des manifestants antifascistes présents en périphérie ont causé quelques dommages et lancé des pierres en direction de la police, sans plus.

C’est à croire que la gauche est plus respectueuse de l’ordre que ceux qui veulent le défendre.

Il faut dire aussi que les flics sont plus réceptifs quant à ce qui vient de la droite que ce qui vient de la gauche.

Apparemment, ça comprend les coups.


samedi 1 août 2020

Il vocifère; faut s’y faire




Le docteur Anthony Fauci, un immunologue yankee, est directeur de l’Institut états-unien des maladies infectieuses. Pratiquement inconnu du grand public avant l’explosion de l’épidémie de Covid-19, il est devenu une figure de premier plan non seulement dans son pays, mais également à l’échelle planétaire.

À côté de l’inepte président yankee, il fait figure de héros national dans le combat contre la maladie, un combat qui ressemble à toutes les guerres que les Stazunis ont fomentées dans le monde: un cuisant échec.

Ce héros n’est pas pour autant parfait. Lui aussi ignore par quel bout prendre le coronavirus. Pas plus capable que nos propres dirigeants de la santé publique, il se contente de recommander tous ces trucs qui, s’ils sont mal coordonnés, ne donnent guère de résultats: confinement trop bref, distanciation sociale approximative, port de masque tardif et dépistage partiel au sein de la population.

Lui dont le pays est le plus atteint par la maladie en a sorti une bien bonne, dernièrement. En effet, du haut de son élitisme yankee, il a déjà décidé que, quel qu’il soit, tout vaccin russe ou chinois ne méritera aucune confiance. De la même façon que, au début de l’épidémie, il affirmait que le port du masque sanitaire risquait d'être contreproductif.

Bref, le bon docteur Fauci a l’esprit aussi ouvert que le reste de ses concitoyens. En attendant, rien ne prouve que le vaccin yankee, s’il arrive un jour, sera efficace.

Il faut s’y faire.

vendredi 31 juillet 2020

Mal de chien




Rien




Le fils de Pierre Elliott Trudeau s’est défendu, avec sa manière cauteleuse qui perd toute crédibilité, des accusations de favoritisme à l’endroit de l’organisme WE (prononcer «oui»). 

Selon lui, il n’y a rien à lui reprocher si WE avait reçu le mandat de gérer le programme de bourses étudiantes, en lieu et place de Service jeunesse CAnada. Signalons que ce contrat, accordé sans appel d’offres, aurait pu atteindre la valeur de 912 millions de dollars.

Par ricochet, il n’y a rien à lui reprocher non plus si WE a eu recours, en échange de plusieurs centaines de milliers de dollars, aux services de sa mère et de son frère, des personnalités cAnadiennes de premier plan comme chacun sait, lors d’événements entre 2016 et 2020.

De même, rien n’indique qu'il y a eu malversation quand Guillaume Morneau, son ministre des Finances, a profité de deux voyages familiaux au Kenya et en Équateur, en 2017, pour lesquels il avait oublié de rembourser WE.

Ainsi, toujours selon le fils de Pierre Elliott Trudeau, rien ne prouve que sa famille ou ses amis ont bénéficié de l’octroi de ce contrat sans appel d’offres.

Bref, même si rien n’est régulier dans cette histoire, il n’y a rien à reprocher à qui que ce soit.







jeudi 30 juillet 2020

mercredi 29 juillet 2020

Les oreilles et le Christ




Gérald Cyprien Lacroix – nom prédestiné – est l’archevêque de Québec. Récemment, le bon prélat a eu une montée de lait, en ce sens qu’il a sévèrement critiqué les politiques du gouvernement relativement au confinement. En effet, selon lui, les interdictions quant à la pratique du culte, particulièrement au moment de Pâques, ont manqué de respect envers les croyants. De plus, le gars Legault n’a pas remercié les fidèles de leurs sacrifices.

Sans doute Mgr Lacroix a-t-il raison. Mais je suis certain que, connaissant l’infinie miséricorde dont font toujours preuve les chrétiens, et en particulier l’Église catholique, il pardonnera aux autorités d’avoir manqué aux civilités au plus fort de la crise.

Et puis, faire une petite pause de Christ une fois tous les 2020 ans, ça ne peut que faire du bien entre les deux oreilles.

mardi 28 juillet 2020

C’est Che



Ernesto «Che» Guevara, dans son ouvrage Tactiques de guérilla, avait condamné vertement la pratique d’attentats terroristes. Des frappes aveugles, selon lui, ne pouvaient que braquer la population contre les mouvements révolutionnaires. Seules les attaques contre l’armée, la police et les institutions gouvernementales étaient acceptables dans le cadre de la lutte de libération.

Évidemment, les anarchistes, en général, ne portent pas Guevara dans leur cœur, lui qui voulait instaurer des États socialistes partout en Amérique latine. Néanmoins, il semble qu’ils aient intégré certaines notions mises de l’avant par le guérillero.

En ce moment, au Québec, on assiste à une «vague» d’attentats anarchistes dirigés contre les forces policières et le ministère de la Sécurité publique. Encore que le mot «vague» est véritablement exagéré; il s’agit tout au plus d’une ride à la surface d’une eau autrement étale.

Ainsi, dernièrement, un assistant-sous-ministre-adjoint de la Sécurité publique a eu sa voiture incendiée. Il y a 10 jours, ce sont des auto-patrouilles du Service de police de Montréal qui ont été brûlées. L’an dernier, des méfaits ont été perpétrés aux dépens d’un chantier de construction d’un centre de détention, à Laval. En 2018, des cocktails Molotov ont été retrouvés sous des voitures de police à Montréal avant qu’ils n’explosent.

Cette «vague» de quatre attentats étalée sur trois ans n’a fait aucune victime. C’est Che qui serait fier. 

S’il avait été anarchiste, bien entendu.

lundi 27 juillet 2020

Montréal vue du sol







Art de rue en trois temps.