dimanche 17 octobre 2021

L'arrondi se ment


 

samedi 16 octobre 2021

Catalogue

 


Alimentaire, mon cher Watson


Parodie du classique des polars. Mme Hudson occupe deux rôles importants dans la vie. Elle est d’abord et avant tout propriétaire du 221 Baker Street à Londres et, en tant que telle, elle a comme locataire un personnage des plus excentriques, au logement qu’elle loue au 221b de la même rue, un Écossais au visage maigre et au regard perçant, un certain Sherlock Holmes, qui se prétend détective privé et qui aime à vivre dans le plus exaspérant désordre. En plus, Mme Hudson est également gouvernante de ce fantasque personnage à qui elle sert les repas qu’il prend, le plus souvent, en compagnie d’un de ses intimes, un médecin tout à fait honorable par ailleurs, un certain docteur Watson, non pas écossais celui-là, mais bien anglais jusqu’au bout des ongles. L’intimité de ces deux personnages a, au début, vivement inquiété Mme Hudson, qui s’est trouvée, à maintes reprises, dans la position embarrassante de saisir des bribes de conversation, alors qu’elle exécutait son service alimentaire comme à son habitude, et qui lui ont laissé comprendre que, en plus de certaines inclinations vers des substances hautement douteuses, les deux hommes semblaient entretenir des rapports pour le moins surprenants. De son côté, Mme Hudson, afin de ne pas être en reste peut-être, fréquente, de manière purement platonique il va sans dire, un professeur très respectable à qui elle confie les menus détails de sa maisonnée. Graduellement, comme on le constate au fil des commentaires qu’elle adresse à son ami, elle finit par s’habituer aux moeurs peu banales de ces étranges gentlemen qui semblent recevoir, en outre, des visites étonnantes. L’une d’elles, d’ailleurs, qui se produisit à l’heure du breakfast attire particulièrement son attention. La conversation qui se tint à demi-mot ne prit son essor véritable qu’après que Mme Hudson eut signifié son congé. Rongée par la curiosité, elle ne put s’empêcher de prêter l’oreille à travers le battant fermé à clé et elle constata, avec la plus grande des surprises, que le visiteur n’est nul autre que le ministre de l’Intérieur venu supplier – le mot n’est pas trop fort – son extravagant locataire de bien vouloir l’aider à récupérer un précieux document ayant disparu. Au fil de ses services, Mme Hudson en apprend un peu plus sur l’affaire. Mais la dame, tout de même peu au fait des méthodes policières, s’étonne de voir son locataire mener son « enquête » sans jamais sortir de ses appartements, mais à grand renfort de tabac et de discussions avec le docteur Watson. À la fin, quelle n’est pas sa surprise de voir les policiers enfoncer sa propre porte, tandis qu’elle reçoit son ami le professeur, et de se résoudre à laisser la force constabulaire emmener, menottes au poing comme un vulgaire criminel, l’infortuné Moriarty.


 – Léda Darnell – 244 p. – 1995 – Rarement aura-t-on vu un écrivain renouveler un genre avec autant de bonheur. Que les aficionados de Sherlock Holmes ne s’en formalisent pas, il s’agit ici d’une histoire que n’eut pas désavouée Conan Doyle lui-même. L’idée de faire de la logeuse la narratrice du roman n’est rien de moins que géniale !



Montréal mâtin

 



Dans le cadre des élections municipales, à Montréal, on remarque que certains candidats «traînent des casseroles», selon l’expression française concernant des individus qui ont connu quelques déboires dans le passé. Comprenons bien que ces déboires ont surtout nui à autrui plutôt qu’à eux-mêmes.


Bref, des candidats, en particulier appartenant à une formation qu’il est inutile de nommer ici, ont eu des comportements discutables par le passé. On peut d’ailleurs se demander comment il se fait qu’on en retrouve ainsi, avant le scrutin, une telle concentration sur la scène locale.


Une réponse possible serait que, comme la politique municipale n’intéresse pratiquement personne, force est aux organisations de gratter les fonds de tiroir afin de recruter un nombre suffisant de candidats.


Pourquoi, demanderez-vous alors, la scène politique municipale suscite-t-elle moins d’intérêt? Probablement parce que, peu importe qui se retrouve à la mairie, la gestion est strictement la même. Dès lors, quelle est l’utilité du vote?


Peut-être afin de chasser un prévaricateur plus flagrant qu’un autre. Ce genre de punition, hélas, n’empêche personne d’exécuter un retour.




vendredi 15 octobre 2021

Catalogue

 


Ah ! que la rose a rosi !


Biographie romancée de la vie de Jean de Meun à l’époque où il met la dernière main à son chef-d’oeuvre, Le roman de la rose. Après tous ces mois de travail où il a besogné dans la solitude, il s’est pratiquement coupé du monde extérieur et seuls quelques proches, sa femme et ses enfants en fait, ont gardé un contact suivi avec lui. La vie de la maisonnée ne s’est pourtant guère modifiée pendant son « absence », sinon que sa femme a engagé une nouvelle servante, la belle Jacquotte, qui, par sa fraîcheur et sa jeunesse, n’a aucune difficulté à séduire Jean. L’épouse de celui-ci, consciente de ce qui arrive avant même les principaux concernés, prétexte un voyage afin d’aller auprès de sa mère vieillissante pour laisser le champ libre aux amoureux. Sachant qu’elle ne peut rivaliser avec une femme de la moitié de son âge, elle préfère s’éviter les tourments et les humiliations qu’une telle situation ne peut manquer de lui faire subir. Une fois la maison vide, l’épouse ayant amené ses enfants afin que ceux-ci ne soient pas mêlés de trop près au scandale, Jean et Jacquotte tombent littéralement dans les bras l’un de l’autre. Ils consomment alors une relation torride qui, pendant des semaines, les emporte à l’abri des regards indiscrets. Mais, au fur et à mesure que passe le temps, Jean est assailli par le remords, car il a négligé totalement, pendant tout ce temps, ses écrits. Son manuscrit est resté sur sa table de travail et la jeune femme l’a recouvert d’un drap rouge afin de symboliser son amour pour le grand homme qui partage ses nuits, mais également pour préserver l’ouvrage contre la poussière. Jean, de son côté, croit que la jeune femme a voulu ainsi tirer égoïstement un linceul sur le seul rival qui se dresse encore contre elle. Autant par culpabilité que par défi, il retourne à son pupitre et reprend son travail là où il l’a laissé. Frustrée, Jacquotte, qui ne comprend pas pourquoi Jean perd son temps « en de vaines écritures », lui sert un ultimatum alors qu’ils déambulent bras dessus, bras dessous dans le jardin où fleurissent les roses. L’épouse qui a gardé ses accointances dans la maison est rapidement mise au courant des tribulations du couple. Encouragée, elle annonce son retour. Cette nouvelle semble jeter de l’huile sur le feu entre les amants et Jean, déchiré entre la passion et le devoir sombre dans la mélancolie alors que le doute s’empare de lui. Le jour où l’épouse arrive à la maison, elle a emmené une nouvelle servante avec elle, un signe que Jacquotte comprend immédiatement comme une menace déguisée. Cependant, le triomphe de l’épouse sera de courte durée. Lorsque les deux rivales montent à l’étude de Jean, elles trouvent l’endroit abandonné. Sur son pupitre, un message a été griffonné à la hâte annonçant le départ de Jean en un lieu inconnu. Il n’a apporté avec lui que les vêtements qu’il portait et son précieux manuscrit.


 – Laurent Bassain – 332 p. – 1988 – L’auteur s’est pris au jeu de la vie avec cette oeuvre, véritable biographie imaginaire d’un des plus grands écrivains de tous les temps. Rarement une oeuvre de fiction aura-t-elle semblé si authentique.


mercredi 13 octobre 2021

Coderre à l'écoute


 

Catalogue

 




L’Afrique, assez!


Massimo est un jeune homme qui, bien qu’ayant passé toute son existence à Rome, demeure fasciné par l’Afrique et il rêve d’aller y vivre un jour. Comptable dans une firme de renommée internationale, il détourne des sommes dans ce but. Lorsque son manège est découvert, ses employeurs se trouvent dans un double embarras. Ils ne peuvent apporter de preuves quant à la culpabilité de Massimo et, d’autre part, ils préfèrent étouffer l’affaire aussi discrètement que possible afin que la réputation de la maison n’en souffre pas. Aussi Massimo est-il muté dans un des bureaux étrangers de la firme, l’un des endroits les moins recherchés par les jeunes hommes ambitieux : Dakar au Sénégal. D’abord très agréablement surpris de la tournure des événements, Massimo déchante très vite. Il n’est guère heureux des circonstances qui ont mené à son établissement en Afrique. Le continent de ses rêves ne correspond pas du tout à la réalité qu’il côtoie tous les jours. Le climat ne lui réussit pas, et il n’arrive pas à se plier aux us et coutumes locaux. Sans cesse en butte à ce qu’il considère comme de la mauvaise foi, il n’arrive pas à se lier avec ses collègues, et encore moins avec ses voisins. La seule exception est Daphnée, une charmante collègue sénégalaise qui semble le prendre sous son aile. Elle l’initie progressivement à la nourriture, ce qui ne se passe pas sans heurts, puis, de mois en mois, elle élargit l’éventail, entraînant Massimo dans des excursions autour de la capitale afin de lui présenter la beauté des paysages. Concurremment, elle lui présente également la culture du pays, en particulier par le biais de la musique à laquelle Massimo prend rapidement goût. Enfin, alors qu’il commence son intégration et qu’il renoue avec sa fascination d’autrefois envers le continent magique, une série d’événements vient précipiter les choses. Il remarque que Daphnée ne se présente pas au travail un matin. Intrigué Massimo n’arrive pas à savoir si elle est malade ; la jeune femme a disparu sans donner signe de vie. Un soir, Massimo trouve dans sa boîte aux lettres une enveloppe non affranchie qui a été glissée là par une main inconnue. À l’intérieur, une carte grossièrement dessinée et ce seul mot écrit de la main de Daphnée : « Viens ». Inquiet, mais également intrigué, Massimo déniche un moyen de transport et organise son expédition, car la carte indique clairement que sa route doit traverser la brousse qu’il connaît somme toute assez peu. Il s’engage alors une espèce de voyage initiatique où Massimo, laissé à lui-même, doit apprendre à survivre par ses propres moyens dans ce qu’il appelait encore peu de temps auparavant le « désert ». À la fin, il retrouve Daphnée qui l’accueille dans son lit à côté duquel il aperçoit une statuette à son image.


 – Nicolo Klass – Première publication : 1993 sous le titre Forza Cantabile – Traduit de l’italien par Annie Tanz – 318 p. – 1996 – La couleur et la chaleur éclatent dans cette oeuvre où les mésaventures cocasses d’un jeune homme servent de prétexte à une picaresque remise en question de soi et des autres. 

Les soins jaloux

 



Le grand souci des autorités sanitaires au début de l’épidémie de Covid-19 a été de ne pas engorger le système de santé. En langage clair, cela voulait dire qu’il ne fallait pas que trop de gens se retrouvent aux soins intensifs. Oui, ça se défendait comme explication. S’il avait fallu que les malades envahissent les hôpitaux, cela aurait effectivement paralysé les services de santé.


Que ce soit à cause des mesures prises par le pouvoir politique ou pour toute autre raison, les centres de santé ne furent pas envahis par une ruée de patients contagieux, fort heureusement. Cela ne signifie nullement que les travailleurs de la santé n’ont pas été fortement mis à contribution, mais ils ont, depuis des décennies, pris l’habitude du surmenage entraîné par les compressions budgétaires de gouvernements successifs.


Maintenant que les hôpitaux tiennent bon, malgré la pression qu’ils subissent, on a trouvé le moyen de leur pourrir la vie encore plus. En effet, quantité de travailleurs de la santé n’ont pas accepté de se faire vacciner. (Notons au passage qu’une personne a toujours le droit de refuser un traitement.) Il faut bien dire que, si des spécialistes refusent le vaccin, ça la fout mal quant à la crédibilité de ce dernier. Alors, le gouvernement a décidé que tous ces employés non vaccinés seraient mis à pied – une punition, quoi – en date du 15 octobre.


Au total, on parle de 20 000 travailleurs de la santé qui vont partir. En d’autres termes, plutôt que d’augmenter les soignés, on va réduire le nombre de soignants. Les conséquences seront désastreuses pour les malades d’autre chose que la Covid-19. On parle déjà de la fermeture, en Estrie, de 25% des blocs opératoires, ce qui sera, semble-t-il, représentatif de tout le Québec.


Bref, en tentant de protéger la population contre une maladie, on néglige de la soigner pour toutes les autres.


mardi 12 octobre 2021

Montréal vue du sol

 


Halloween à nos portes.

lundi 11 octobre 2021

Aller comme un Afghan


 

Catalogue


 Mot de la vice-présidente à la publication

Une vice-président à la publication possède un avantage sur ses collaborateurs : elle lit pratiquement tout ce que sa maison publie. Comme j’ai eu l’occasion de prendre connaissance du mot de notre président avant tout le monde, je peux donc éviter les répétitions. À une exception, cependant, car je tiens également à remercier tous ceux et celles qui, jour après jour, garantissent le succès des Éditions Crobard en publiant des produits de qualité avec une rigueur et un professionnalisme qui se retrouve rarement dans le milieu.

Puisqu’il est question de produit, parlons de celui que vous avez présentement entre les mains. Nos fidèles lecteurs, qui attendent chaque année la publication du catalogue de notre maison, verront une différence de taille cette année. En effet, pour marquer le dixième anniversaire des Éditions Crobard, nous avons décidé de publier un catalogue plus facile à consulter et plus aéré que par le passé. 

À venir jusqu’à aujourd’hui, nous avions pris l’habitude de présenter nos titres en ordre chronologique et ensuite par collection. Cette année, nous avons décidé de faire l’inverse, c’est-à-dire de mettre l’emphase sur les collections. Ainsi, le catalogue version 1998 comprend cinq sections distinctes, soit les collections romans, essais, théâtre, aventure et poésie. Les titres sont classés dans chacune de ces sections par ordre alphabétique.

Il s’agit donc d’une notable différence. J’espère que les lecteurs qui nous encouragent depuis si longtemps ne nous en tiendront pas rigueur. Je suis persuadée qu’ils trouveront la consultation plus agréable et plus rapide de cette manière. Cependant, et ce afin de ne pas brusquer les bonnes habitudes développées au fil des ans, le catalogue comprend également en toute fin une liste des titres par années de publication et par section, pour celles et ceux qui, comme moi, restent un brin nostalgiques.

C’est avec plaisir et confiance que j’envisage les dix prochaines années en votre compagnie. Comme vous le savez déjà, les Éditions Crobard sont votre maison d’édition.


Laure Dussault

vice-présidente à la publication





Mot de la vice-présidente à l’édition


Lorsque je regarde derrière nous et que je constate tous les bouleversements qu’a connus la décennie qui vient de se terminer, je ne peux m’empêcher de penser que les Éditions Crobard reflètent véritablement la réalité qu’elles ont vécue. Qu’on pense seulement à la chute du mur de Berlin, à la fin de la guerre froide et à l’effondrement des régimes socialistes. On verra toute l’étendue des changements qui ont marqué les dix ans qui s’achèvent.

On ne peut pas penser un instant qu’une maison d’édition puisse se couper, pour survivre, du monde où elle existe. Il lui faut, pour garantir son succès adapter ses choix littéraires et éditoriaux afin de rencontrer les préoccupations du public et, surtout, de son lectorat. Comme le disait si bien Darwin, il faut s’adapter ou mourir. 

Comme toutes les maisons d’édition, la nôtre ne fait pas exception. En même temps que la société a évolué, que les préoccupations des lecteurs et des écrivains changeaient, nous avons aussi suivi le vent du changement.

Au fil des années, les collections ont évolué. Si certaines ont cédé le pas, d’autres par contre ont repris le flambeau. Quant aux collections qui ont toujours garanti la popularité des Éditions Crobard, même elles ont vu le contenu des oeuvres suivre l’évolution du changement. 

Ainsi les thèmes explorés par les romans ont changé. Mais, par contre, les essais que nous publions n’ont jamais perdu leur mordant, tant il est vrai que la liberté de parole est une marque indélébile de notre monde. Si la collection théâtre a été abolie en 1994, elle a été avantageusement remplacée par la collection aventure, qui elle remonte à 1992, mettant en vedette les plus populaires romans d’aventures des années 1990. Enfin, si la collection poésie a connu un intervalle depuis 1996, il ne fait pas de doute qu’elle renaîtra de ses cendres, car la publication de la poésie est un devoir moral pour toute maison d’édition qui se respecte, comme en faisait foi l’appui des gouvernements.

Maintenant que je regarde devant, il ne fait pas de doute que le futur nous réserve encore bien des surprises. Je vous invite à rester avec nous encore longtemps, car nous n’avons pas tout dit.


Elsa Moncelet

vice-présidente à l’édition



Ouâ, pitié!


 

Faisons comme si nous étions cAnadiens.


Logo des Wapitis d'Edmonton*


* Les Wapitis d'Edmonton, anciennement les Eskimos de la même ville, sont une équipe de football professionnel. Enfin... de football cAnadien.

dimanche 10 octobre 2021

C’est le pompon!*

 



Pratiquement tous les jours, en politique, on entend des énormités; et, parfois, quelques insanités.


Malgré tout, certains candidats au cours d’une campagne électorale arrivent à se dépasser et à atteindre le niveau supérieur, ne serait-ce que le temps d’une affirmation que personne ne pourra croire de bonne foi.


En de telles occasions, il est de mise de décerner une récompense digne des Ig-Nobel**, en science, ou des Razzie Awards***, au cinéma.


Notre mouture s’appelle le Pompon d’or, la plus haute distinction décernée à la plus basse menterie ou stupidité proférée avec un visage impassible par une figure publique. Cette semaine, le lauréat n’est nul autre que notre cher, bon ex et futur maire Denis Coderre, en récompense de ce qu'il a déclaré dans l'article ci-dessus.


Gardons-en quelques autres en réserve, il n’en est encore qu’à ses premières vocalises.




* Selon Le Robert, cette locution signifie «c’est le comble». Le même ouvrage de référence mentionne que «avoir le pompon» est une expression désignant une personne qui est la première dans une épreuve ou dans une catégorie.


**https://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_Ig-Nobel


***https://fr.wikipedia.org/wiki/Razzie_Awards








Catalogue


Mot du président


Dix ans dans la vie d’un homme, c’est peu. Mais dix ans dans la vie d’une maison d’édition, c’est considérable. Sans doute parce que, dans le monde de l’édition plus qu’ailleurs, les choses se précipitent, le temps file et les journées s’achèvent toujours trop tôt. Aurait-on beau les étirer en recourant à tous les moyens que peut développer un imaginaire fécond, il n’en demeure pas moins que le temps ne se déroule pas au même rythme dans mon bureau comme à l’extérieur. Là sans doute faut-il chercher la raison de mon étonnement devant les accomplissements que nous avons réalisés au cours de ces trois mille six cent cinquante-trois jours pensant lesquels nous avons vécu dans une angoissante intimité, avec un bonheur indicible, car nous avons réalisé par là un rêve qui nous était cher.

Il y a une décennie, quatre amis fondaient, contre tout bon sens leur avait-on dit à l’époque, une nouvelle maison d’édition, alors que, selon toute évidence, le paysage culturel québécois était certes bien doté sur ce chapitre. Était-il sensé pour quiconque, de vouloir jouer des coudes dans un milieu aussi fréquenté, alors que bien d’autres avaient succombé aux incontournables lois du marché ? Certes non. Mais lequel d’entre nous se serait vanté alors de faire preuve de bon sens ? Sans doute étaient-ils idéalistes, confiants dans leur bonne étoile, et d’un entêtement de mule. Bien leur en prit, car, malgré les obstacles et les longues périodes de découragement, leur pugnacité et, surtout, leur inconscience, les ont servis au-delà de tout espoir.

En effet, en 1988, Laure Dussault, Elsa Moncelet, Laurence Desmarais et moi-même déposions auprès des autorités compétentes une demande d’incorporation pour les Éditions Crobard. Nous étions persuadés alors, comme nous le sommes aujourd’hui, que le succès allait nous attendre au bout du chemin. Mais, comme se le plaisait à le répéter un des mes professeurs à l’époque du collège : « Il n’y a qu’un seul endroit où le succès vient avant le travail : dans le dictionnaire ! » La boutade ne perd pas en pertinence ce qu’elle gagne en humour, et nous l’avons expérimenté de prime abord, avec tous les aléas que cela suppose.

À ce moment – et de cela je m’en souviens fort bien – , nous n’avions pour tout capital que quelques milliers de dollars, un ordinateur d’occasion et une brassée de manuscrits obtenus de nos amis ou que certains auteurs, plus en mal de chance que de talent, nous avaient confiés dans l’espoir qu’une jeune maison comme la nôtre soit plus tolérante quant à leur manque d’expérience littéraire. De cela, nous ne pouvions jeter la pierre à personne, car nous-mêmes ne bénéficiions d’aucune expérience pertinente au domaine de l’édition, sinon quelques connaissances littéraires. En revanche, nous étions habités par une énergie sans faille qui, comme les dernières dix années l’ont démontré à l’envi, nous ont permis de soulever les montagnes.

C’est donc avec une touchante méconnaissance des périls que nous nous sommes attelés à la tâche et que nous avons fait nos premiers pas dans ce monde inconnu jusqu’alors. Dix ans plus tard, j’ose enfin avouer à tous ces écrivains qui ont placé leur confiance en nous et en nos capacités combien j’admire leur goût du risque. Et je n’hésite pas plus longtemps à leur faire toutes mes plus plates excuses pour nos erreurs et nos insuffisances passées... et à venir. Merci à eux pour leur précieuse et indéfectible collaboration.

Je veux également remercier ces personnes que je côtoie tous les jours et avec lesquelles j’ai maintenant l’impression de former une grande et belle famille. Qu’il s’agisse des infographistes, des correcteurs-réviseurs, des illustrateurs et de tout le personnel administratif qui nous ont si souvent protégés de nous-mêmes. Je tiens à mentionner en particulier Élise de Bellefeuille et Josée Légaré-Aubin, nos précieuses collaboratrices, coordonnatrices et directrices qui, à ce que j’ai constaté au fil des ans, semblent en savoir plus sur les Éditions Crobard que quiconque, incluant votre humble serviteur.

Une reconnaissance toute spéciale va à Laure Dussault, notre vice-présidente à la publication qui a su garder un air de jeunesse à nos formats, et qui, avec une patience d’ange, a su tenir tête aux avis un peu trop conservateurs d’un président par ailleurs trop occupé pour se tenir aussi bien qu’elle au fait des innovations tant artistiques que techniques.

Je m’en voudrais de passer sous silence la contribution exemplaire de mon vieux complice Laurence Desmarais, ce grand homme de lettres et surtout de théâtre, qui, en 1994, a décidé de reprendre du service dans les coulisses de la Comédie nationale où il excelle depuis avec le même talent que nous lui avons connu tandis qu’il oeuvrait prés de nous.

Enfin, toute ma plus profonde reconnaissance pour Elsa Moncelet, vice-présidente à l’édition, visionnaire, muse, égérie et compagne de ma vie toutes ces années. Je ne compte plus les jours où, fatigué et hésitant, elle m’a insufflé encore plus de son extraordinaire énergie.

À toutes et à tous, je ne peux que reconnaître vos accomplissements et votre talent. 

Merci.


Jules Meilleur

président

Éditions Crobard, septembre 1998*



* Il est à noter que les Éditions Crobard ont cessé leurs activités en décembre 1998.


vendredi 8 octobre 2021

Unique ONU

 



On a beau nager dans les hordes d’humoristes, la quantité ne vaut pas la qualité. Parmi les grands classiques de l’humour international, il y a toujours une institution qui nous fait pouffer de rire, pratiquement à tous les coups.


Je parle bien entendu de l’Organisation des nations unies (ONU). En effet, on ne compte plus les incohérences et invraisemblances loufoques dont elle nous a abreuvés, particulièrement depuis la fin de la guerre froide. Mais, cette fois-ci, elle atteint de nouveaux sommets.


On sait que la Birmanie – officiellement appelé Myanmar – n’est pas en odeur de sainteté dans le concert des nations. On reproche à son gouvernement le coup d’État militaire de 2021, l’arrestation d’Aung San Suu Kyi, l’enfant chérie de l’Occident, avec la répression qui s’en est suivie. Sans compter les exactions commises aux dépens des musulmans du temps où Aung San Suu Kyi était toujours au pouvoir. Bref, le pays est déconsidéré politiquement.


Évidemment, la population du Myanmar, qui a déjà connu un régime militaire dans le passé, n’a pas accepté le dernier coup d’État, et le pays est agité par une sourde contestation. En réponse, le gouvernement a déployé des forces dans plusieurs provinces et c’est ce qui a entraîné l’inquiétude de l’ONU.


Personnellement, je trouve ironique que l’ONU se soucie du déploiement de troupes à l’intérieur des frontières d’un pays, alors qu’elle fait preuve d’un total laisser-aller lorsqu’un certain État – que je ne nommerai pas, quoiqu’il soit nord-américain – envoie ses soldats occuper des contrées sur pratiquement tous les continents, avec l’accord forcé de celles-ci, bien entendu.


Ha! Ha! Ha! Sacrée ONU, va!


Y en a pas deux comme elle!


jeudi 7 octobre 2021

Les cons fessent

 


Les sous-produits de la productivité

 



Les grands lucides du passé n’ont pas hésité à nous expliquer qu’il nous fallait être plus productifs et, donc, travailler davantage. C’est-à-dire passer plus d’heures au boulot chaque semaine. Ce fut le grand cheval de bataille d’un certain Lucien Bouchard, autrefois. Il faut dire que ce dernier en avait toute une écurie: le déficit, la lucidité, la productivité, etc. 


Évidemment, aujourd’hui, on sait que, tout ce qu’il voulait, à part dépouiller les syndiqués en grève, était de nous manipuler collectivement.


Or, ce genre de discours vaut non seulement dans le domaine économique, mais aussi dans le domaine social, comme l’a démontré récemment le premier ministre du Québec, M. François le Gault* avec son refus d’accorder un jour férié le 30 septembre, sous le prétexte fallacieux de ne pas nuire à la productivité.


Bon; on  savait que François n’était pas particulièrement doué sur le plan de l’inventivité, ni sur celui de l’originalité, ni sur celui de la compétence; mais, là, il nous en a donné la preuve.


Difficile à dire pourquoi il s’est braqué à un tel point sur une question pouvant ménager les sentiments de certains de nos compatriotes. Est-il hostile aux Autochtones? Déteste-t-il par nature rendre hommage à autrui? Est-il incapable de s’affranchir de sa mentalité de gros petit boss constamment antagoniste envers ses subordonnés? C’est au fond ironique de voir quelqu’un qui en fait si peu refuser un jour de repos à ceux qui en font tant. 


Peut-être craint-il qu’ils le passent à faire le bilan de son mandat.





* Le gault, ou argile de Gault (dite parfois «argile albienne»), est une formation d’argile raide de teinte gris-bleu à gris foncé, qui s'est déposée à profondeur moyenne dans des eaux marines calmes, au cours du Crétacé inférieur. [… Il] contient souvent des nodules phosphatiques en grande quantité, dont une partie est classée comme coprolithes, c’est-à-dire un excrément minéralisé, fossilisé (https://fr.wikipedia.org/wiki/Argile_du_Gault).


mercredi 6 octobre 2021

C’est Vatican




À la suite de la révélation des très nombreuses inconduites de ses membres et de ses employés au cours des dernières décennies, le chef de l’Église catholique, le pape Frenchie 1, a exprimé toute la honte qu’il ressent. Maintenant, est-ce la honte face aux actes commis ou est-ce de la honte d’avoir laissé faire, sous prétexte d’ignorance? Ça demeure plutôt nébuleux.


Ce qui est sûr, c’est qu’il a honte. C’est un début pour celui qui a été un suppôt de la dictature militaire argentine, laquelle avait les mains couvertes de sang. Or, quelle est la solution papale pour toutes les horreurs que le clergé a commises aux dépens des enfants? Toujours la même: il faut prier. Évidemment, l’avantage de la prière est double: premièrement, cela ne changera rien et, ensuite, ça ne coûte pas un sou.


Comment dire? Je trouve cela un peu «Vatican».